Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

L'ensemencement des rivières : un véritable casse-tête génétique.

Les saumons de chacune des rivières du Québec ont leur propre signature génétique et il faut impérativement en tenir compte lorsque vient le temps d’ensemencer. C'est ce que soutient Louis Bernatchez, chercheur en biologie à l’Université Laval, qui a dressé un profil génétique des saumons de plusieurs rivières. À la station piscicole de Tadoussac, pour faciliter l'identification des saumons reproducteurs, des techniciens insèrent une puce dans le corps des géniteurs. L'année suivante, on pourra établir les liens de parenté entre ces derniers et les juvéniles capturés sur le terrain en comparant leur profil génétique. Pour augmenter les rendements tout en évitant la consanguinité, Julien April, biologiste au ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec et responsable des populations de saumons, rappelle qu’il faut utiliser au minimum trente géniteurs par rivière. Au final, les recherches ont permis de constater que les saumons nés en captivité ont un succès reproducteur moins élevé. Le problème n’est donc pas totalement réglé et les recherches continuent afin d’engendrer la plus prolifique des descendances!

Pour en savoir plus:

Informations générales sur la Station piscicole de Tadoussac.

Retour à la thématique

Partenaires