Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

S'inspirer des lucioles pour rendre les lumières DELs plus efficaces.

La capacité des lucioles à générer de la lumière fascine depuis des lustres. Déjà au 19e siècle, des scientifiques les disséquaient pour trouver la source de ce don si particulier. Aujourd’hui, des physiciens belges, dont Annick Bay, s’intéressent à la façon par laquelle la lumière s’échappe de leur abdomen. Le professeur de génie de l’Université de Sherbrooke, Vincent Aimez, s’est inspiré des travaux des chercheurs belges pour améliorer la performance des lumières électroluminescentes (DELs). C’est que les DELs et les lucioles partagent un même problème : elles émettent difficilement dans l’air la lumière qu’elles produisent, à cause d’un phénomène physique appelé « réflexion interne totale ». Un rayon de lumière émis dans un milieu dense ne traverse vers un milieu moins dense que si l’angle avec lequel il frappe l’interface des deux milieux le permet. Si l’angle est trop prononcé, le rayon rebondit à l’interface comme s’il frappait un miroir, et reste prisonnier de la luciole… ou de la DEL. La luciole a toutefois développé une astuce pour améliorer sa capacité à « extraire » la lumière de son corps : à la surface de son abdomen se trouvent des centaines d’écailles formant des angles variés, ce qui permet à une grande partie des rayons de lumière de sortir. C’est en appliquant ce même principe à la fabrication des DELs que Vincent Aimez a augmenté l’efficacité de ces lumières, et ce, de 55 % en un seul essai!

Pour en savoir plus:

« Université de Sherbrooke: quand la lumière vient des lucioles », article publié sur Cyberpresse.

« Des chercheurs de Namur s'inspirent des lucioles », article publié sur le site du journal belge L'avenir.net.

Retour à la thématique

Partenaires