Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Des trajets moins pollués pour les cyclistes urbains.

Respirer un air pollué, c'est le quotidien des cyclistes urbains. Mais à quel point l’est-il? C’est ce que tente de déterminer la chercheuse en génie civil de l'Université McGill, Marianne Hatzopoulou. Pour y arriver, la chercheuse utilise des cyclistes-cobayes, dont notre reporter Pascal Forget. Son vélo-laboratoire est équipé d'appareils permettant de déterminer en tout temps sa position et d’analyser les concentrations de plusieurs contaminants. Mauvaise nouvelle pour les cyclistes : en analysant les patrons de pollution à travers la ville, Mme Hatzopoulou a constaté que les pistes cyclables les plus fréquentées sont aussi souvent les plus polluées! Mais heureusement, les cyclistes peuvent réduire leur exposition en modifiant légèrement leur trajet. Dans cette optique, Mme Hatzopoulou et son équipe ont mis au point une application qui permet d’identifier des trajets moins pollués à emprunter lorsqu’on pédale à Montréal. Cyclistes, vos poumons lui diront bientôt merci!

Pour en savoir plus:

Retour à la thématique

Partenaires