Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Reportage 1 :
Une nouvelle méthode pour évaluer la fertilité masculine.

On a longtemps cru que plus on comptait de spermatozoïdes dans un échantillon de sperme, plus l’homme en question était fertile. Or, certains hommes n’arrivent pas à procréer même si ce nombre est très élevé. Bernard Robaire, chercheur spécialisé en infertilité masculine à l’Université McGill, plonge au cœur des spermatozoïdes, dans leur ADN, pour comprendre pourquoi certains d’entre eux sont parfaits en apparence, mais défectueux. Géraldine Delbès, associée de recherche au Centre universitaire de santé McGill, analyse les cassures présentes dans l’ADN de chaque spermatozoïde. Puisque chaque échantillon de sperme en contient des millions, elle utilise un technique qui permet d’en analyser un très grand nombre à la fois : la cytométrie en flux. Avec ces données, les scientifiques tentent d’identifier les marqueurs génétiques de l’infertilité masculine.

Pour en savoir plus:

Deux articles sur la controverse entourant la remise en cause de la méthode SPERM COUNT utilisée pour déterminer la fertilité chez l’homme:

« Are sperm concerns the product of premature evaluation? », article publié dans le Globe and Mail (septembre 2011).

« Danish sperm counts spark dabate », article publié dans le magazine Science (juin 2011)

Retour à la description complète de l’épisode

Partenaires