Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Reportage 1 :
La salubrité des aliments testée grâce à un laboratoire de poche biodégradable.

Un paquet de charcuterie peut cacher des bactéries du type Listeria. Des légumes frais peuvent être contaminés par l'E.coli. Pour détecter la présence d'agents pathogènes dans les aliments, l'Agence canadienne d'inspection des aliments procède à des analyses en laboratoire. Mais, puisque la procédure est longue, il est impossible de tout vérifier.

Imaginez un laboratoire gros comme un dé qu’on pourrait apporter partout, au supermarché par exemple… C’est ce que développe Teodor Veres, chercheur au Centre national de recherche du Canada (CNRC), à Boucherville, en collaboration avec Santé Canada. Ces dispositifs faits de polymère sont toutefois à usage unique, et on s’en débarrasse en les brûlant. Pour régler ce problème, le chimiste Christian Bélanger du CNRC développe des biopolymères biodégradables, c'est-à-dire d'origine végétale, qui se décomposent naturellement. Portatifs, mais aussi biodégradables : ces laboratoires de poche font vraiment d’une pierre deux coups!

Pour en savoir plus:

« Une puce dépiste les présences pathogènes », texte publié sur le site du Conseil national de recherches du Canada.

« Laboratoires biodégradables sur puce », autre texte publié sur le site du Conseil national de recherches du Canada.

Informations générales sur l'Institut des matériaux industriels du CNRC.

Retour à la description complète de l’épisode

Partenaires