Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Dans les labos d'ici et d'ailleurs :
Des carburants inusités.

On parle beaucoup de carburants fossiles ces temps-ci au Québec, surtout avec le débat entourant l'exploitation des gaz de schiste. Or, ces substances sont polluantes... C'est pourquoi des scientifiques tentent de mettre au point des carburants de remplacement, et certains ont de quoi étonner!

Par exemple : les algues. Cette ressource très abondante dans les océans est présentement soumise à des croisements génétiques dans les laboratoires. Le but, soutient Marie-Pier Élie, est d'obtenir une super-algue capable de transformer la lumière du Soleil en biocarburant.

Les déchets domestiques pourraient peut-être aussi un jour combler nos besoins énergétiques. Un chercheur de l'Université de Sherbrooke a réussi à transformer en éthanol des restes de table, et même des poteaux de téléphone. Thomas Gervais nous explique le procédé : en brûlant ces déchets, on les transforme en monoxyde de carbone, ce qui produit de l'éthanol. L'usine que ce chercheur a fondée en Estrie est déjà en production.

Pascal Forget s'est pour sa part intéressé à un déchet du corps humain : l'urine! Des scientifiques s'en sont servis pour faire fonctionner des cellules à carburant microbiennes. Riche en azote et en potassium, l'urine pourrait devenir un carburant particulièrement efficace.

Pour en savoir plus :

Exploring Algae as Fuel, un article publié dans le New York Times, le 26 juillet 2010.

Le site de la compagnie Enerkem.

Urine: Waste Product or Future Power Source?, un article publié sur le site Science Daily, le 28 juillet 2010.

Retour à la description complète de l’épisode

Partenaires