Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Dans les labos d'ici et d'ailleurs :
Les limites des performances olympiques.

« Plus vite, plus haut, plus fort », dit la devise olympique. Mais pendant combien de temps encore assisterons-nous à une amélioration des performances sportives? Pierre Chastenay en discute avec notre équipe de journalistes scientifiques.

Résumé :

Un demi-siècle maximum, nous dit une recherche récente réalisée en France et rapportée par notre journaliste Thomas Gervais. Après avoir analysé l’évolution des records olympiques depuis un siècle, les auteurs de l’étude concluent qu’en 2068, le corps aura atteint ses limites dans 90 % des disciplines olympiques.

Seule voie possible : modifier le corps de l’athlète. Pourquoi ne pas commencer par les orteils, demande à la blague Pascal Forget, en les allongeant par exemple ? Selon des physiologistes et des kinésiologues américains, les bons sprinters ont les orteils plus longs en moyenne que les autres coureurs. Cette particularité de leur anatomie allonge la durée de contact entre leur pied et le sol à chaque foulée, ce qui leur donne plus de ressort.

Binh An Vu Van nous parle non pas des OGM mais des AGM, c’est-à-dire les athlètes génétiquement modifiés. Selon l’Agence mondiale antidopage (AMA), certains athlètes auraient déjà recours à la thérapie génique pour améliorer leurs performances sportives. Or ces traitements encore expérimentaux ne sont pas sans danger. L’AMA tente maintenant de mettre au point des techniques pour dépister les AGM. Tout un défi!

Pour en savoir plus :

« The Human Body Is Built for Distance » : un article du New York Times.

« The Science of Sport » : un site web sur les aspects scientifiques des performances sportives.

« Workout Frequency Improves Body Image » : un article du site That's fit sur une étude de l'Université de Floride sur les bienfaits psychologiques de l'entraînement physique.

Retour à la thématique

Partenaires