Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

La spectroscopie à l'épicerie ? Peut-être bientôt possible !

Dans les laboratoires d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, à St-Hyacinthe, des chercheurs utilisent la spectroscopie – une technique utilisée en astronomie, en chimie et en physique – pour calculer la concentration en lycopène des tomates et la valeur alimentaire de plusieurs autres aliments.

Résumé du reportage

On sait depuis quelques années que les tomates contiennent du lycopène, un pigment rouge qui protège, entre autres, contre le cancer de la prostate. Depuis, le lycopène fait l’objet d’un véritable engouement dans la population… et chez les producteurs de tomates! Ces derniers aimeraient bien savoir lesquelles de leurs tomates contiennent le plus de lycopène. Des chercheurs ont eu l’idée de faire appel à la spectroscopie – une technique utilisée en astronomie, en chimie et en physique – pour calculer la concentration en lycopène des tomates.

Dans les laboratoires d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, à St-Hyacinthe, on se sert aussi de la spectroscopie pour analyser d’autres aliments. La viande, par exemple, pour voir si elle est tendre et encore fraîche; les fruits, pour connaître leur composition en sucre; les noix du Brésil, pour évaluer leur richesse en huile. La spectroscopie fera-t-elle bientôt son entrée dans les supermarchés?

Retour à la thématique

Partenaires