Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Le sommeil sous analyse pour dépister tôt la maladie de Parkinson

Les gens souffrant du Trouble comportemental en sommeil paradoxal bougent violemment lorsqu’ils dorment. Jacques Montplaisir, directeur du Centre de recherche sur le sommeil de l’hôpital Sacré-Cœur de Montréal, vient de découvrir que ce trouble du sommeil pourrait être un signe avant-coureur de la maladie de Parkinson.

Résumé du reportage

Les gens souffrant du Trouble comportemental en sommeil paradoxal, ou TCSP, bougent violemment lorsqu’ils dorment. La raison : le mécanisme cérébral qui inhibe les mouvements des rêveurs normaux est défectueux chez eux. Après avoir suivi ces patient pendant cinq ans, Jacques Montplaisir, directeur du Centre de recherche sur le sommeil de l’hôpital Sacré-Cœur de Montréal, vient de découvrir que ce trouble du sommeil pourrait être un signe avant-coureur de la maladie de Parkinson.

Jacques Montplaisir a noté des similitudes entre les gens atteints de TCSP et les Parkinsoniens, lors de tests neuro-cognitifs et d’imagerie cérébrale. Le dépistage précoce du Parkinson pourrait permettre un éventuel traitement préventif avec des médicaments qui empêchent ou ralentissent la perte neuronale. La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative après la maladie d'Alzheimer au Canada. Environ 2 % des personnes de plus de 65 ans en sont atteintes.

Pour en savoir plus :

Un article du Time Magazine sur les troubles du sommeil et la maladie de Parkinson.

“Why do we need a marker for Parkinson's disease?" : une revue de la problématique du diagnostic de la maladie de Parkinson dans le journal Brain.

Retour à la description complète de l’épisode

Partenaires