Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Un laboratoire à ciel ouvert pour mesurer scientifiquement l’effet des monocultures sur la faune et la flore

La plaine du Saint Laurent compte parmi les terres les plus fertiles du Québec. On y trouve des champs de maïs et de soya à perte de vue. Mais les monocultures modernes avec leur lot de pesticides bouleversent les écosystèmes et leur biodiversité. Pour mesurer avec précision cet effet négatif, des chercheurs de l’Université de Sherbrooke ont mis sur pied un gigantesque laboratoire à ciel ouvert qui s’étend sur 10 200 kilomètres carrés. Il s’agit du plus vaste réseau d’observation de la faune en milieu agricole au monde. Bien que la collecte de données n’en soit qu’à ses débuts, les résultats obtenus sont déjà inquiétants…

Pour en savoir plus :

Mémoire intitulé « La préservation de la biodiversité et la réduction des gaz à effets de serre en milieu agricole » présenté à la Commission sur l’avenir de l’agriculture et l’agroalimentaire québécois par Alexandre L.-Gaudreau.

Site web de l'Université McGill sur la biodiversité canadienne.

Retour à la thématique

Partenaires