Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Épisode 83

MARDI 13 septembre 2011 - 19 h

Reportage 1 :<br>
Livrer un médicament directement à un organe malade grâce à une petite bille magnétisée.

Reportage 1 :
Livrer un médicament directement à un organe malade grâce à une petite bille magnétisée.

En janvier 2008, le Code Chastenay diffusait un reportage sur une équipe de l’École Polytechnique de Montréal qui avait réussi à faire voyager une petite bille dans l’artère d’un porc grâce à un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM). Près de quatre ans plus tard, l’équipe a fait des progrès fulgurants. Cette fois, la minibille a livré un médicament à un point précis du foie d’un lapin. Nos cancers bientôt traités dans les hôpitaux grâce aux IRM?

En savoir plus

Reportage 2:<br>
Épier les émotions des internautes

Reportage 2:
Épier les émotions des internautes

Un site internet ne dispose que de quelques secondes pour séduire les internautes. Pour aider les concepteurs à rendre leurs sites plus attrayants, le Laboratoire de Recherche en communication multimédia (LRCM) de l’UdeM a mis sur pied un système qui mesure les émotions des internautes. Une série de capteurs et d’appareils mesurent les réactions nerveuses de cobayes pendant qu’ils naviguent sur un site donné. Tout ça pour diminuer les frustrations des internautes et rendre leur expérience plus ludique.

En savoir plus

Capsule de Pierre Chastenay :<br>
Le nombre de coups minimal pour résoudre le cube Rubik.

Capsule de Pierre Chastenay :
Le nombre de coups minimal pour résoudre le cube Rubik.

Il existe 43 milliards de milliards de façons de remettre en ordre un cube rubik. Laquelle est la plus rapide? Bonne question! Pour la résoudre, un ordinateur personnel aurait besoin de 35 ans de calcul. Les chercheurs se sont donc tournés vers Google, qui a utilisé son vaste réseau d’ordinateurs pour calculer la réponse. La voilà : peu importe son état de désordre au départ, un cube Rubik peut toujours être résolu en 20 étapes ou moins.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs :<br>
Les frasques de Néandertal, révélées par l'analyse de son génome.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs :
Les frasques de Néandertal, révélées par l'analyse de son génome.

Depuis toujours, les paléontologues tentent de comprendre la préhistoire et ses habitants en se basant sur quelques vieux ossements. Grâce à la génétique, cette discipline connaît un nouvel essor. En 2010, un consortium international a décrypté le génome de l’homme de Néandertal à partir de trois fragments d’os d’un individu de sexe féminin ayant vécu il y a 38,0000 ans. Son ADN étant très dégradé, le défi était de taille! Mais le projet a permis de découvrir que des croisements ont bel et bien eu lieu entre les Néandertaliens et nos ancêtres, les Homo Sapiens. Aujourd’hui, beaucoup d’êtres humains portent donc les traces de ce cousin préhistoriques dans leurs gènes. L’analyse, qui est loin d’être terminée, nous promet d’autres belles surprises…

En savoir plus

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires