Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Épisode 74

MARDI 25 janvier 2011 - 19 h

L'effet du GPS sur notre mémoire spatiale.

L'effet du GPS sur notre mémoire spatiale.

L’utilisation de plus en plus fréquente dans notre quotidien de systèmes GPS aurait-elle un effet négatif sur notre mémoire spatiale? Pour répondre à cette question, la chercheuse Véronique Bohbot utilise un système de navigation virtuel dans son laboratoire. Son équipe et elle étudient les changements qui surviennent dans le cerveau après avoir pratiqué une tâche d’orientation dans l’espace.

Or, selon elle, la dépendance aux appareils GPS entraînerait une atrophie de l’hippocampe, donc de la mémoire spatiale. Faut-il pour autant jeter au rancard nos appareils GPS? Non, il suffit d'en faire une utilisation moins passive, ce qui peut en fait « avoir l’effet inverse et favoriser les stratégies qui stimulent la mémoire spatiale et son expansion ».

En savoir plus

<sup></sup>Des forêts vieilles de 300 ans recréées virtuellement pour servir de modèle aux forêts du futur.

Des forêts vieilles de 300 ans recréées virtuellement pour servir de modèle aux forêts du futur.

Des vieilles cartes du 19e siècle, des actes notariés, des rapports d'arpentage... Dominique Arsenault, professeur en écologie forestière, utilise ces documents anciens pour reconstruire virtuellement des forêts datant de 200 ou 300 ans. Les chercheurs ont aussi fait parler le bois dravé retrouvé dans la rivière Rimouski. Ils ont déterminé l'espèce, l'âge, l'année de coupe et le patron de croissance de près de 700 billots datant de l'exploitation forestière du 19e siècle.

Mais qu'est-ce que ces témoins du passé ont à nous apprendre? « Comprendre comment les forêts vierges évoluent est la pierre angulaire de la nouvelle stratégie d'aménagement forestier du Québec, explique Dominique Arsenault. On veut gérer la forêt le plus possible comme la Nature le fait. » Or, il n'existe pratiquement plus une seule forêt vierge au Québec; difficile donc de les étudier et encore plus de les imiter! L'approche du chercheur, d'abord mise de l'avant dans le bas Saint-Laurent, sera reproduite aux quatre coins du Québec. Partout où de vieux documents sont disponibles...

En savoir plus

Dans les labos d'ici et d'ailleurs : <br>
Le plus important recensement de la vie marine jamais réalisé.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs :
Le plus important recensement de la vie marine jamais réalisé.

Le plus ambitieux recensement marin jamais fait vient de se terminer. Il a mobilisé 3000 chercheurs pendant dix ans. Leur but : répertorier tous les êtres vivants qui vivent dans nos océans. Binh An Vu Van nous parle d'une carte géographique qui dresse un bilan de ce gigantesque effort de recherche. On y découvre, entre autres, de véritables « autoroutes marines » empruntées par le thon du Pacifique et d'autres espèces, d'un océan à l'autre.

Véronique Morin, quant à elle, a été bouleversée par le sort des grands prédateurs marins – comme les thons, baleines, requins, saumons, etc. Depuis dix ans, leur population aurait diminué de... 90 p. cent! Un inquiétant effondrement démographique.

Le recensement a quand même apporté une bonne nouvelle : la découverte de 6000 nouvelles espèces. Pascal Forget a été impressionné par le Kiwa Hirsuta, un crustacé décapode doté de dix pattes couvert de poils. Et que dire du Bathykorus bouilloni, une nouvelle espèce de méduse qui vit à des profondeurs abyssales dans l’Arctique?

En savoir plus

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires