Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Émission 34

MARDI 15 septembre 2009 - 19 h

Prévenir le stress chez les enfants de 12 ans

Prévenir le stress chez les enfants de 12 ans

Des recherches préliminaires effectuées par l’équipe de Sonia Lupien, du Centre d’Études sur le Stress Humain de l’hôpital Louis H. Lafontaine, à Montréal, ont démontré que le niveau de stress chez les enfants atteint un maximum à douze ans, au moment du passage de l’école primaire au secondaire. Selon les chercheurs, cette hausse marquée augmente chez les jeunes les risques de développer des maladies mentales, telles que des troubles d’anxiété, qui les suivront tout le long de leur vie. Un projet a donc été mis sur pied cette année pour voir s’il est possible d’intervenir auprès des jeunes de la 6e année pour prévenir ces problèmes. Le Centre d’Études a entamé une série de 12 ateliers pour les informer des effets du stress sur le corps et présenter diverses façons de diminuer ou d’éviter le stress. En mesurant le niveau de cortisol (l’hormone du stress), les chercheurs tentent de déterminer si le programme exerce un effet favorable sur le niveau de stress, le bien-être et la performance scolaire des enfants. Il s’agit d’une véritable étude scientifique de terrain !

En savoir plus

L'électrosmog, la matière première d'un artiste québécois

L'électrosmog, la matière première d'un artiste québécois

Nous ne pouvons ni le voir, ni l’entendre, ni le sentir. Pourtant, nous baignons dedans… C’est l’électrosmog, c’est-à-dire le magma de champs électriques et magnétiques produits par tous les appareils qui nous entourent. L’artiste montréalais Jean-Pierre Aubé s’est intéressé à ce phénomène technologique. Pour réaliser ses œuvres multimédias « Save the waves » et « VLF Natural Radio », il a enregistré le son fait par les ondes électromagnétiques produites par le réfrigérateur, le grille-pain, l’ordinateur, etc. Complètement à l’inverse, il a aussi capté le son électromagnétique produit naturellement dans l’atmosphère, dans des zones exemptes d’électrosmog, par des orages lointains, des tempêtes solaires et des aurores boréales. Avec son travail, Jean-Pierre Aubé veut ouvrir les yeux du public et lui faire prendre conscience de l’électrosmog dans lequel il baigne.

En savoir plus

Dans les labos d'ici et d'ailleurs : le vieillissement, des mollusques ... aux humains !

Dans les labos d'ici et d'ailleurs : le vieillissement, des mollusques ... aux humains !

Les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses au Canada, ce qui alourdit le fardeau des établissements de santé. Des chercheurs canadiens – dont ceux de l’Université McGill - tentent maintenant de savoir pourquoi et comment on vieillit, dans le but éventuel de ralentir ce phénomène. Il s’agit d’une étude gigantesque, nous rapporte notre journaliste Véronique Morin : 50,000 personnes âgées de 45 à 85 ans seront suivies pendant vingt ans. Les scientifiques cherchent entre autres à découvrir quels facteurs sociaux, économiques et sociaux sont les plus souvent reliés à l’apparition de maladies comme le cancer ou l’Alzheimer.

Mais, les humains ne sont pas les seuls à vieillir : les mollusques du St-Laurent aussi! Marie-Pier Élie, qui se consacre principalement à la recherche scientifique issue des régions du Québec, nous apprend que l’un d’eux, le Quahog arctique peut vivre jusqu’à 400 ans. Le biologiste Pierre Blier de l’Université du Québec à Rimouski, veut percer le secret de sa longévité. Peut-être que les humains pourraient s’en inspirer pour vivre plus longtemps…

Parlant d’invertébrés, l'Arion subfuscus pourrait nous fournir une colle plus forte que toutes les super-colles existantes, nous dit notre chroniqueur Pascal Forget. En effet, la glu produite par ce genre de limaces contient une structure moléculaire qui la rend ultra-adhésive, même en présence d’eau. Les chimistes américains qui ont fait la découverte croient pouvoir la reproduire pour concevoir une colle pouvant être utile lors de chirurgies, pour remplacer les points de suture et les agrafes.

Capsule scientifique : <br>
Nous sommes du vide

Capsule scientifique :
Nous sommes du vide

Nos corps sont constitués de chair, de sang et d’os, mais pour être plus précis, tous ces éléments sont en fin de compte constitués d’atomes. Des atomes qui, paradoxalement, sont presque vides... Plus surprenant encore, il existe un immense espace vide – immense à l’échelle atomique, bien sûr ! – entre le noyau de l’atome et les électrons qui l’entourent. En fait, 99,99% du volume d’un atome est vide. Si on parvenait à comprimer les atomes de notre corps au point d’éliminer tout ce vide, on finirait par n’être pas plus gros qu’un minuscule grain de poussière. L’humanité entière, débarrassée de son vide, tiendrait dans une pomme. Mais attention : la pomme aurait le même poids que six milliards d’être humains ! Ça pèserait lourd sur l’estomac… Dans cette capsule d’information – une nouveauté cette saison - notre animateur, l’astronome Pierre Chastenay, explique dans des mots simples et de façon imagée les phénomènes scientifiques qui nous entourent.

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires