Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Émission 191

MARDI 3 novembre 2015 - 19 h

Voir l'épisode

La parole étudiée en laboratoire

Voir ce segment

La parole étudiée en laboratoire

Parler, c’est beaucoup plus complexe qu’on le pense. À l’aide de capteurs et d’un appareillage sophistiqué, Lucie Ménard, directrice du laboratoire de phonétique à l’UQAM, étudie la complexité des mouvements de la langue, des lèvres et de la mâchoire lors de la prise de parole. Son but : mieux comprendre la mécanique de la parole pour aider éventuellement les gens qui ont des troubles d’élocution. Le temps d’une expérience, notre reporter Pascal Forget ouvre toute grande sa bouche à des fins scientifiques.

En savoir plus

Casques de hockey anti-commotion

Voir ce segment

Casques de hockey anti-commotion

Le mot hockey rime souvent avec commotions cérébrales. À Bauer Hockey, les ingénieurs développent une nouvelle génération de casques qui seront conçus pour en réduire les risques. Pour y arriver, ils ont conçu une tête de mannequin qui reproduit la dureté du crâne et la flexibilité du cou. Puis, ils y propulsent une rondelle à toute vitesse pour mesurer le choc produit sur le cerveau à travers le casque. Ils espèrent ainsi perfectionner les matériaux et la conception des casques et augmenter la sécurité des joueurs sur la glace.

En savoir plus

Capsule de Pierre Chastenay <br>
Pipi pour la survie

Voir ce segment

Capsule de Pierre Chastenay
Pipi pour la survie

Pourquoi un éléphant — dont la vessie peut contenir jusqu’à 18 litres de liquide — prend le même temps à uriner qu’un chat? C’est une question de survie! En ne restant immobilisés pas plus de 20 secondes pour uriner, les mammifères de plus de trois kilos diminuent leur vulnérabilité face à leurs agresseurs.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs <br>
Les zones grises de l’identité sexuelle explorées par la biologie :

Dans les labos d'ici et d'ailleurs
Les zones grises de l’identité sexuelle explorées par la biologie :

Pas toujours simple de déterminer l’identité sexuelle d’une personne! Et les éléments purement biologiques ne disent pas tout. Par exemple, certaines femmes ont naturellement un taux élevé de testostérone dans le sang. D’autres possèdent des chromosomes Y, normalement réservés aux hommes, ou alors des organes sexuels à la fois masculins et féminins. En fait, il n’y aurait pas deux sexes, mais plusieurs. Incursion dans l’univers troublant du « troisième sexe », cet entredeux entre le masculin et le féminin.

En savoir plus

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires