Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Émission 180

MARDI 10 mars 2015 - 19 h

Prévenir et traiter les séquelles de la chimiothérapie.

Prévenir et traiter les séquelles de la chimiothérapie.

Chaque année au Québec, 300 enfants reçoivent un diagnostic de cancer. Même si le pronostic est généralement bon – on sauve maintenant environ 75 % des patients – l’épreuve est rude à traverser et laisse des traces. Trois enfants sur quatre devront vivre avec les séquelles de ces médicaments. Aujourd’hui, au centre de recherche du CHU Sainte-Justine, une jeune survivante du cancer subit son « parcours du combattant » : une série de tests visant à identifier les séquelles physiques laissées par ses traitements. Daniel Sinnett, généticien en hémato-oncologie veut améliorer la qualité de vie de ces jeunes. Son but : être capable de prévoir quel type de séquelles un enfant va développer en se basant sur certains marqueurs génétiques. Les médecins pourraient alors prévenir l’apparition de ces problèmes avec des traitements spécifiques ou un régime alimentaire adapté. Parce qu’après un cancer, la vie continue.

Élucider les crimes grâce aux techniques de la balistique.

Élucider les crimes grâce aux techniques de la balistique.

Un homme est étendu par terre, sans vie. Il a reçu un coup de feu à la poitrine et une arme se trouve au sol à côté de lui. S’agit-il d’un meurtre ou d’un suicide? L’homme a-t-il été tué avec l’arme saisie ou une autre? C’est le genre de questions que se posent les spécialistes en balistique du Laboratoire de sciences judiciaires et médecine légale à Montréal. Le spécialiste Guillaume Arnet analyse toutes les pièces à conviction retrouvées sur les scènes de crime. Grâce à des techniques et appareils de pointe — comme le videocomparateur spectral —, le balisticien y trouvera toutes sortes d’indices qui lui permettront de reconstituer le fil des évènements.

En savoir plus

Capsule de Pierre Chastenay:<br>
L'odeur des profondeurs.

Capsule de Pierre Chastenay:
L'odeur des profondeurs.

Jusqu’à quelle profondeur un poisson peut-il vivre dans l’océan? C’est la question que se sont posée des scientifiques après avoir pêché un petit poisson gélatineux et translucide, l’Hadal escargot, à sept mille mètres de profondeur au large des côtes néozélandaises. Les poissons arrivent à survivre à cette pression énorme grâce à une molécule appelée oxyde triméthylamine présente en grande concentration dans leurs tissus. En prime, les chercheurs ont aussi découvert que c’est cette même molécule qui donne au poisson en décomposition son odeur si… particulière.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:<br>
Le jeu de l'image mystère.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:
Le jeu de l'image mystère.

En science, les images sont importantes parce qu’elles nous permettent de comprendre des concepts complexes en un seul coup d’œil. Mais elles sont aussi parfois de véritables œuvres d’art. Aujourd’hui, l’équipe du Code Chastenay joue à « Devinez l’image » en tentant de deviner ce que certaines images représentent. Pas facile quand l’œil d’une drosophile ressemble à une fleur, un animal marin ou un vaisseau spatial extraterrestre! On verra aussi l’arabette des dames en plein ébat sexuel, un système solaire en formation et une carte très spéciale des cours d’eau de la Thaïlande. C’est la preuve qu’en science, une image vaut mille mots!

En savoir plus

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires