Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Émission 178

MARDI 24 février 2015 - 19 h

La gestion de la congestion.

La gestion de la congestion.

À l’heure de pointe sur l’île de Montréal, des centaines de milliers de véhicules envahissent les rues et les autoroutes. À chaque intersection, des dizaines de piétons et autant de vélos s’engagent dans la rue. Ce flot urbain est sous haute surveillance par le tout nouveau Centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU) grâce aux centaines de caméras déployées sur l’île. Le moindre incident peut provoquer une congestion monstre et c’est ce que les ingénieurs de l’équipe Système de transport intelligent de la ville de Montréal veulent éviter à tout prix. « Quand il y a de la congestion, les gens deviennent impatients et adoptent des comportements dangereux », affirme Hugues Bessette, chef de l’équipe. En rendant le trafic plus fluide, le CGMU espère améliorer la sécurité des Montréalais.

Les mémoires de Brenda Milner.

Les mémoires de Brenda Milner.

Il y a de ces individus plus grands que nature. Brenda Milner est de ceux-là : à 96 ans, c’est une légende vivante. Tous les jours, elle se rend à son laboratoire de l’Institut et hôpital neurologique de Montréal, où elle supervise le travail de deux post-doctorantes. Deux jeunes femmes qui tentent de démystifier le fonctionnement de la mémoire en explorant les méandres du cerveau, tout comme le fait Brenda Milner depuis plus de 60 ans. Mais dans les années 50, les instruments de recherche étaient rudimentaires. Pour tenter de percer les mystères du cerveau, elle n’avait à peu près d’autre choix que d’effectuer des interventions extrêmement invasives sur les patients ou encore, d’attendre leur décès. Brenda Milner fut l’une des toutes premières à démontrer le rôle prépondérant des hippocampes dans le processus de mémorisation. Encore

Capsule de Pierre Chastenay :<br>
Les plantes ont des oreilles.

Capsule de Pierre Chastenay :
Les plantes ont des oreilles.

Des chercheurs américains viennent de démontrer que les plantes réagissent au son que font les insectes qui grignotent leurs feuilles! Dans un laboratoire, ils ont exposé des plantes au son d’insectes herbivores en train de grignoter. Les plantes ont immédiatement mis en branle leurs défenses chimiques, en particulier la production d’une huile qui repousse les insectes. Une telle découverte pourrait avoir des applications en agriculture, ou de simples sons d’insectes occupés à manger pourraient réduire le recours aux insecticides qui nuisent à l’environnement. Une idée qui pourrait faire du bruit…

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:<br>
Peut-on se passer des animaux de laboratoire?

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:
Peut-on se passer des animaux de laboratoire?

Chaque année, des millions d’animaux servent de cobayes dans des laboratoires du monde entier. Chez les scientifiques, c’est un sujet presque tabou à cause des réactions qu’il provoque tant dans la population que chez les groupes de défense des droits d’animaux. Aujourd’hui, de gros efforts sont faits pour trouver des solutions de remplacement. En éthique animale, on parle de la règle des 3 R : remplacer les animaux par d’autres méthodes — comme les laboratoires sur puce ou les simulations informatiques — réduire le nombre d’individus par expérience et raffiner les méthodes expérimentales pour éviter de faire souffrir les animaux inutilement. Mais pourra-t-on un jour se passer complètement des animaux de laboratoire?

En savoir plus

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires