Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Émission 164

MARDI 21 octobre 2014 - 19 h

Un verre pour la route

Un verre pour la route

Bouteilles bleues, vertes ou brunes : le tiers seulement du verre mis au recyclage chaque année est réutilisé. Le problème, c’est qu’il arrive souvent en morceaux déjà mélangés au centre de tri. Or, le verre mixte a peu de valeur sur le marché. Michel Vaillancourt, professeur à l’École de technologie supérieure (ÉTS), cherche des débouchés pour ce verre délaissé. À son laboratoire sur les chaussées et les matériaux bitumineux, il étudie une manière de l’incorporer dans les recettes d’asphalte. Jusqu’ici, c’est l’asphalte composé à 10 % de verre qui semble le plus prometteur. Aux tests d’orniérage et de déformation, ses performances ont été comparables à celles de l’asphalte traditionnel. Cette recherche pourrait permettre de recycler davantage de verre : un tronçon d’un kilomètre de route pourrait réutiliser l’équivalent de 450 000 bouteilles.

En savoir plus

Lac-à-l'étude

Lac-à-l'étude

Plusieurs lacs du Québec sont envahis par des plantes aquatiques et des algues bleues, ce qui empoisonne la vie des résidents et baigneurs. Richard Carignan, chercheur en limnologie à l’Université de Montréal, étudie ce phénomène de près dans les lacs des Laurentides. Phosphore et azote sont les deux composés organiques à surveiller. Les entreprises agricoles et les fosses septiques en déversent dans les lacs, ce qui fait proliférer la végétation lacustre, au dépens des poissons. Le biologiste collige plusieurs facteurs : la concentration de divers composés dans la colonne d’eau, l’étendue du bassin versant, ainsi que la profondeur et le relief des lacs. Ces données se retrouvent depuis peu dans un atlas en ligne, qui permet de suivre la santé des précieux lacs des Laurentides.

En savoir plus

Capsule de Pierre Chastenay: Je bâille, tu bâilles ?

Capsule de Pierre Chastenay: Je bâille, tu bâilles ?

Pourquoi le bâillement est-il contagieux? S’agit-il d’un simple automatisme, comme un réflexe miroir, ou plutôt un signe d’empathie? Des chercheurs britanniques ont entrepris de répondre à la question en étudiant des tortues charbonnières à pattes rouges, dont le cerveau est trop primitif pour être capable d’empathie. Résultat : le bâillement n’est pas contagieux chez elles. Conclusion : seuls les animaux dotés d’empathie, comme les humains et les primates, par exemple, peuvent contaminer leurs congénères par leurs bâillements.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:<br>
Peut-on survivre en ne mangeant que de la nourriture en poudre ?

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:
Peut-on survivre en ne mangeant que de la nourriture en poudre ?

Certains n'ont pas le temps de cuisiner. D'autres trouvent que la nourriture coûte trop cher. Un ingénieur américain croit avoir la solution pour eux: le Soylent, une poudre que l’on mélange à de l’eau et de l’huile, et qui serait un aliment complet. Son créateur, Rob Rhinehart - qui rapporte avoir vécu 18 mois sans avoir ingéré rien d'autre que sa poudre miracle – n’annonce rien de moins que la fin de la nourriture solide. Mais qu'en dit la science? Nos journalistes en débattent.

En savoir plus

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires