Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Émission 150

MARDI 4 février 2014 - 19 h

La science du bain de glace

La science du bain de glace

La pratique du bain glacé est devenue un véritable rituel pour les skieurs, patineurs de vitesse ou joueurs de hockey. Aux Jeux de Sotchi, ils seront nombreux à s'y plonger de la tête aux pieds après un entraînement intensif. Mais pourquoi prolonger la torture après avoir poussé les muscles, les articulations, le souffle à leurs plus extrêmes limites? La journaliste Marie-Pier Élie rencontre le kinésiologue et directeur scientifique de l'Institut national du sport du Québec, Jonathan Tremblay, qui, à la suite d'une demande de l'Équipe nationale de patinage de vitesse, a établi un protocole précis pour intégrer les bains glacés dans le programme d'entraînement des patineurs. Il nous explique la science du muscle refroidi et nous dit s'il y a ou non un avantage réel à subir ce supplice glacé.

En savoir plus

Repousser les limites de l'athlète

Repousser les limites de l'athlète

L'athlète est à bout de souffle, puis donne un dernier effort. Dans le dernier droit, il se fait dépasser et passe de la première à la sixième position. Pourquoi la première place semble-t-elle inaccessible pour cet athlète? Claude Lajoie, professeur au Département des sciences de l'activité physique de l'UQTR, s'intéresse à cette question. Sa spécialité : les athlètes qui plafonnent. Sa quête : chercher et trouver la faille dans la physiologie de l'athlète. Dans son laboratoire, il reçoit des cyclistes de haut niveau et leur fait passer le test de puissance critique de trois minutes d'effort maximal. À l'aide d'un appareillage sophistiqué, il passe au crible les systèmes énergétiques de l'athlète afin d'apporter les modifications appropriées à son programme d'entraînement et ainsi lui permettre de se surpasser!

Capsule de Pierre Chastenay :<br>
Dormir pour la science

Capsule de Pierre Chastenay :
Dormir pour la science

Être payé pour rester au lit : c’est ce que propose la NASA, qui est prête à verser 18 000 $ aux volontaires qui accepteront de passer 70 jours consécutifs couchés dans un lit, avec la tête légèrement plus basse que les pieds, pour reproduire les conditions de vie en microgravité dans l’espace. Les médecins espèrent ainsi en apprendre davantage sur les effets de l’apesanteur sur le corps humain et développer de meilleurs programmes d’entraînement dans l’espace.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs :<br>
Le dopage version 2014.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs :
Le dopage version 2014.

Pour aller plus vite, plus haut, plus fort, certains sportifs sont prêts à tout, jusqu'à utiliser des substances dopantes pour se surpasser. Pendant ce temps, dans les laboratoires antidopage du monde, la course contre les drogues de synthèse se poursuit. Mais alors que les scientifiques s’affairent à peaufiner les tests de dépistage, une nouvelle pratique dangereuse et inquiétante fait son apparition : le dopage génétique. Cette thérapie offerte dans des laboratoires clandestins consiste à modifier le matériel génétique des athlètes, rien de moins! Pour contrecarrer ce problème, une des solutions est le passeport biologique, qui sera obligatoire pour tous les athlètes d'ici quelques années. Ce document indiquera les résultats d'analyses périodiques du sang et des hormones de chaque athlète. La moindre variation anormale de ce profil paraîtra douteuse!

En savoir plus

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires