Le code Chastenay

Durée :
30 minutes

Émission 123

MARDI 22 janvier 2013 - 19 h

Reportage 1:<br>
Une main robotisée dotée du sens du toucher.

Reportage 1:
Une main robotisée dotée du sens du toucher.

Il est léger, polyvalent et simple d’utilisation. Il s’appelle JACO. Créé par deux étudiants de l’École de technologie supérieure, fondateurs de l’entreprise Kinova, il rend de précieux services au quotidien à de nombreuses personnes privées de l’usage de leurs bras. Ce bras robotisé est muni d’une main à trois doigts et deux phalanges qui permettent de manipuler avec délicatesse des objets de toutes les formes et dimensions. JACO peut même ramasser un œuf sans briser sa coquille! Mais cette technologie a des limites. Par exemple, sans l’œil attentif de l’utilisateur, comment savoir si la main touche bel et bien à l’objet qu’il veut saisir? Pour y remédier, Kinova collabore avec un professeur de l’ÉTS, Vincent Duchaine, qui travaille à la création de capteurs sensoriels capables d’indiquer à l’ordinateur que la “peau” du robot est bel et bien en contact avec une surface. Chacune des phalanges des doigts de Jaco sera recouverte de tels capteurs. Prochaine étape : se rapprocher encore un peu plus de la peau humaine en développant des capteurs microstructurés sensibles à la chaleur et à la vibration.

En savoir plus

Reportage 2:<br>
Contamination de l'eau potable et gaz de schiste : une nouvelle carte hydrologique pour déterminer les zones à risque.

Reportage 2:
Contamination de l'eau potable et gaz de schiste : une nouvelle carte hydrologique pour déterminer les zones à risque.

Au Québec, comme partout ailleurs, une vive controverse entoure les gaz de schiste et leur possible exploitation. Au-delà du débat public et politique, il y a une nécessité de mieux encadrer scientifiquement cette exploitation. Une des principales craintes de la population est la contamination des eaux souterraines par les produits de la fracturation. Daniele Pinti, expert en hydrogéologie à l’Université du Québec à Montréal, a convaincu le Ministère du Développement durable de l’Environnement et des Parcs de la nécessité de mieux connaître le sous-sol des zones convoitées, afin de mieux évaluer les risques de contamination. Avec son collègue professeur et chimiste, Yves Gélinas, de l’Université Concordia, il analyse l’eau collectée dans 120 puits le long de la vallée du St-Laurent afin de déterminer s’il y a présence ou non de méthane. Ce gaz est un indicateur géologique de la présence de failles naturelles dans le roc. On sait que l’extraction des gaz de schiste produit des fissures dans la roche-mère, mais des craques se produisent aussi naturellement – ce qui augmente le risque de contamination des nappes phréatiques. Déjà, les premiers résultats font état de petites zones à risques dans la région de Bécancour. Les chercheurs espèrent que cette nouvelle carte hydrogéologique permettra d’éclairer les décideurs dans le dossier controversé des gaz de schistes.

En savoir plus

Capsule de Pierre Chastenay:<br>
Le sucre de l'espace.

Capsule de Pierre Chastenay:
Le sucre de l'espace.

Des astronomes européens viennent de faire une découverte sucrée… dans l’espace! En observant le nuage de gaz qui entoure l’étoile IRAS 16293-2422, une jeune étoile semblable à notre Soleil, ils ont eu la surprise d’y détecter la présence de glycol aldéhyde – une forme simple de sucre pas très différente de celui que l’on met dans notre café. La découverte est importante, car cette molécule entre dans la composition de l'ARN, un des éléments de base de la vie. Les astronomes se promettent de poursuivre leurs observations, qui pourraient nous renseigner sur la façon dont la vie peut apparaître autour d’étoiles semblables à notre Soleil.

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:<br>
Le retour de notre jeu <em>Devinez l'objet mystère !</em>

Dans les labos d'ici et d'ailleurs:
Le retour de notre jeu Devinez l'objet mystère !

Cette année, ce sont nos journalistes Véronique Morin, Binh An Vu Van et Thomas Gervais qui jouent à Devinez l’objet mystère. À tour de rôle, ils présentent un objet intrigant et les autres doivent deviner de quoi il s’agit. Seule contrainte: l’objet doit avoir un rapport avec la science.

Alors que Véronique nous présente du quartz qu’elle a ramassé sur le site de l’ancienne mine abandonnée la Manitou, en Abitibi, Binh An a emprunté au pathologiste Richard Fraser de l’Hôpital général de Montréal une tranche de poumon, et pas n’importe lequel! Il s’agit du poumon d’un ancien fumeur atteint d’emphysème. Quant à Thomas, il a déniché dans un des laboratoires de l’École Polytechnique, où il enseigne, un générateur de plasma; un appareil qui nettoie les surfaces et modifie leurs propriétés. On l’utilise entre autres pour stériliser des objets ou même coller ensemble des morceaux de plastique et de verre.

Retour à la liste de toutes les émissions

Partenaires